mardi, novembre 30, 2021
spot_img

NELLY MITJA NOUS PROPOSE DE DECOUVRIR LA P’TITE BIO DE RIAD SATTOUF EN 10 DATES CLES

Articles Similaires

Quels sont les protocoles adaptés pour l’usage des fluides chimiques ?

Le maniement des substances chimiques est une pratique qui...

Imad Lahoud : “Ce qu’il faut retenir du Dubaï Air Show 2021 !

Imad Lahoud est pilote et spécialiste du secteur de...

Digitalisation du parcours de candidature : l’importance du CV professionnel

La digitalisation permet aujourd'hui de rendre le parcours de...

Se former au métier de trader : comment faire

La pratique du trading est en train de se...

Avantages et inconvénients de fumer du CBD

Fumer le CBD se révèle un excellent moyen de...

Partager l'article

La vie secrète des jeunes, Pascal Brutal, l’Arabe du Futur et à présent Les Cahiers d’Esther

non, vous ne pouvez pas être passé à côté de Riad Sattouf ! Si ? Pas possible ! Aujourd’hui, Nelly Mitja revient sur cet auteur incontournable, au coup de crayon acerbe dès qu’il s’agit de dépeindre cette période fatidique par laquelle nous sommes tous passés… l’adolescence.

C’est parti pour la « p’tite bio » de Riad Sattouf en 10 dates clés !  

01. 1978 : Naissance

Extrait de l’Arabe du Futur 1 de Riad Sattouf

Riad Sattouf est né en 1978 à Paris, année de soutenance de la thèse de son père, Abdel-Razak, Syrien originaire d’un petit village proche de Homs. Sa mère, Clémentine, est bretonne. Le couple s’est rencontré à la fac dans les années 70 et aura trois garçons. Fervent défenseur du panarabisme, son père les entraînera en Algérie, en Lybie, puis en Syrie où le petit Sattouf passera son enfance. Entre traditions et animosité marquée de la part de ses petits cousins, la vie y est rude. Vers la fin des années 80, il retourne en France, au Cap Fréhel puis à Rennes, avec sa mère et ses frères. Il y passera alors toute son adolescence. Au collège, puis au lycée, il s’ennuie « royalement » et continue de trouver refuge dans le dessin qui l’apaise. Déjà en Syrie, il dévorait les bandes dessinées que lui envoyait sa grand-mère. A présent, que ce soit sa famille, son adolescence, ses rêves, tout vaut la peine d’être crayonné.  Après avoir obtenu son bac en 1996, il passe le concours de l’école d’art Pivaut de Nantes où il trouve des personnes qui lui ressemblent enfin, qui le comprennent. Faute d’argent, il ne terminera pas le cursus. Loin d’être découragé, il passe alors le concours de l’école des Gobelins qu’il réussit. Il y suivra notamment des cours de cinéma.  A cette époque, il participe également à un concours de bande dessinée. S’il ne décroche pas le prix, il est remarqué par le président du Jury. Il rencontre ainsi le scénariste et dessinateur de BD Olivier Vatine (Aquablue) qui l’introduira auprès de l’éditeur Guy Delcourt avec qui il collaborera sur la série Petit Verglas, sur un scénario d’Éric Corbeyran. L’aventure commence !

02 : 1992 : « Coup d’Etat »

Extrait de l’Arabe du Futur 1 de Riad Sattouf

Vendredi 29 mai 1992. Nous sommes en Bretagne. Le jeune Sattouf, 14 ans, rentre du collège. Etrangement, après plusieurs jours d’accalmie familiale, son père, alors rentré du Moyen-Orient, ne semble pas l’attendre au bout de la rue comme il le fait depuis quelques jours. Quand il rentre chez lui, sa mère, inquiète, l’attend avec son frère Yahya : « Est-ce que tu sais où sont Fadi et ton père ? ». Deux jours plus tard, il apprendra que son père et son plus jeune frère sont à présent en Syrie. C’est aussi inattendu que révoltant. Il faudra quelque temps à Riad Sattouf pour qualifier cet acte de « coup d’état » ; un « coup d’état » qui marquera son adolescence et toute sa vie, et dont il fera la catharsis plus de vingt ans plus tard dans son œuvre L’Arabe du Futur.

03. 2003 : Premières publications solo et premiers succès

Extrait de Ma Circoncision de Riad Sattouf

A partir de 2003, Riad Sattouf publie ses premiers albums en solo. Tous ont un même et seul fil conducteur, les traumas de l’enfance et de l’adolescence que Riad Sattouf nous dessine et nous narre avec humour. Que ce soit dans Manuel du Puceau, Ma circoncision (Bréal Jeunesse, 2003 et 2004), No Sex in New York (Dargaud, 2004) ou encore Retour au collège (Hachette, 2005). Les Pauvres Aventures de Jérémie, publiées pour leur part en 3 tomes chez Dargaud (2003 à 2005) seront aussi l’occasion de recevoir les premières récompenses comme le Prix René Goscinny pour le premier tome de la série en 2003.

04. 2004 : Charlie Hebdo et La vie secrète des jeunes 

La vie secrète des jeunes de Riad Sattouf

En 2004, Riad Sattouf collabore avec le journal satirique Charlie Hebdo. Loin du politique et de la caricature, il y tient une petite chronique hebdomadaire intitulée La vie secrète des jeunes. Ici, Sattouf nous dépeint ce qu’il voit, ici et là, dans la rue, dans le métro… un peu à la manière de Derf Backderf dans Trues Stories. Véritable travail d’observation du quotidien, les planches n’en sont pas moins hilarantes, si ce n’est parfois tragiques. En 2007, le premier tome de La vie secrète des jeunes est publié chez L’Association. S’en suivront deux autres tomes, en 2010 et 2012. Le premier tome recevra le Globe de Cristal de la meilleure bande dessinée en 2008 et 2 ans plus tard, en 2010, la bande dessinée sera adaptée en série sur Canal +. Riad Sattouf quittera Charlie Hebdo quelques mois seulement avant les attentats de 2015. 

05. 2006 : Pascal Brutal (Fluide glacial)

Pascal Brutal de Riad Sattouf dans Fluide Glacial

C’est en 2006, que Riad Sattouf donne vie au personnage de Pascal Brutal chez Fluide Glacial. Dans un proche avenir, où la Bretagne et le Pas de Calais sont autonomes, où la Belgique est une gynarchie (Affaire à suivre dans Jacky au royaume des filles), la Russie un territoire peuplé de Néandertaliens et le monde arabe, rebaptisé Union arabe du soleil, gouverné par la figure emblématique du réunificateur Riad Sattouf, Pascal, rejeton d’une ancienne « teufeuse » et naturalisé Breton, est le symbole de la virilité… Pascal vit en banlieue parisienne sous l’ère ultra-libérale de Madelin. Avec son pote Tyler, il est membre du groupe Goûte mon flow qui reprend en français les titres d’Eminem et 50 cents. Bodybuildé, « bécané », « gourmetté », Pascal aime les femmes… et les hommes, aussi. Mais attention, Pascal prévient : « J’aime pas parler d’mon intimité… T’es relou ». Cette série complètement loufoque se décante en 4 tomes qui seront respectivement publiés chez Fluides Glacial en 2006, 2007, 2009 et 2014. Le troisième tome recevra en 2010 le Fauve d’or au festival international de la BD d’Angoulême. 

06. 2009 : Passage à la réalisation avec Les beaux gosses  

Les beaux gosses de Riad Sattouf

En 2009, Riad Sattouf, qui n’a cessé jusqu’alors de dépeindre les réjouissances de l’adolescence, se lance dans la réalisation avec le film Les beaux gosses. C’est ainsi que nous débarquons dans la vie d’Hervé, jeune rennais de 3ème sans ambition, coincé dans l’adolescence entre une mère poule intrusive et dépressive, un pote pseudo métalleux obsédé du cul, une enveloppe charnelle de pré-pubère et l’univers « carcéral » du collège. Mais un jour, le regard d’Aurore se pose sur lui. C’est le début des premiers émois amoureux avec son lot d’effervescences et d’angoisses. Cette comédie, qui met en scène Vincent Lacoste, Anthony Sonigo ou encore Noémie Lvovsky et nous dresse le portrait peu ragoûtant de l’adolescence, rencontre un gros succès. Pas étonnant quand se sentir moche, avoir des boutons et en plus un gros pif est la préoccupation majeure de toute une génération. Le film sera nominé à plusieurs reprises et recevra notamment le César du Meilleur premier film en 2010. Riad Sattouf qui s’était déjà essayé en 2003 à la réalisation avec la série d’animation Petit vampire avec Joann Sfar, poursuivra l’aventure en 2010 avec la web-série Mes colocs et le clip Jeunes et limités : Une vraie vie de chien, en 2014 avec Jacky au royaume des filles et en 2018 avec la série animée Les cahiers d’Esther.

07. 2010 : Passage devant la caméra

Gainsbourg (vie héroïque) de Joann Sfar

En 2010, Riad Sattouf s’essaye cette fois-ci au métier d’acteur. Nous le retrouvons ainsi dans le film Gainsbourg (vie héroïque) réalisé par son ami Joann Sfar où il ne fera qu’une brève apparition comme gigolo au bras de la chanteuse Fréhel, campée par Yolande Moreau. Il réitérera l’expérience, toujours dans des petits rôles, comme celui du cuistot dans le film La guerre est déclarée (2011) de Valérie Donzelli, du metteur en scène de films gores dans Camille redouble (2012), où il retrouve notamment les actrices Yolande Moreau et Noémie Lvovsky et l’acteur Vincent Lacoste, et dans son propre film Jacky au royaume des filles (2014) où il tient le personnage d’une star de la télé, Mit Kronk, toujours aux côtés de Vincent Lacoste et de Noémie Lvovsky.

08. 2014 : Première publication de L’Arabe du futur (Allary Éditions)

Premier tome de l’Arabe du Futur de Riad Sattouf

En 2005, Riad Sattouf ressent le besoin d’écrire et de dessiner sur le rapport qu’entretient notre société avec le monde arabe. Si les débuts sont quelque peu hésitants, c’est en 2011, alors que la guerre civile éclate en Syrie, que Sattouf a le déclic. Il parlera de son enfance et de son adolescence, alors qu’il est ballotté entre la Libye de Kadhafi, la Syrie d’Hafez al-Assad et la Bretagne. L’album s’appellera L’Arabe du Futur, en référence à son père, adepte d’un panarabisme progressiste. Ce roman graphique, qui relève véritablement de la catharsis, nous décline en 5 tomes la jeunesse et l’adolescence (1978 – 1994) de Sattouf. Le premier tome paraît en 2014 chez Allary Éditions. Avec les deux suivants (2015 et 2016), Sattouf nous retrace avec humour et légèreté ses relations avec la famille de son père dans le petit village de Ter Maaleh, son parcours d’écolier et sa circoncision. Le quatrième tome (2018) est quant à lui plus focus sur son adolescence, qu’il passera au Cap Fréhel avec sa mère et ses frères, et son tiraillement entre ses deux cultures. Sattouf nous y révèle également un lourd secret de famille qu’il qualifie de « coup d’état », l’enlèvement de son plus jeune frère, Fadi, par son père qui se réfugie alors en Syrie. Le cinquième et dernier tome, paru en 2020, nous partage pour sa part les désillusions de l’adolescence du jeune Sattouf et du modèle parental avec une mère désemparée et anxiogène qui se démène pour récupérer son benjamin. Le prochain tome est attendu pour 2021 / 2022. Le premier tome de la série remportera un vif succès et recevra plusieurs prix, notamment le Fauve d’or au festival international de la BD d’Angoulême en 2015. Depuis, chaque album est attendu avec impatience. En 2020, le tome 5 se classe en seconde position parmi les ventes de bandes dessinées les plus vendues en France, avec 204 757 exemplaires écoulés.

09. 2016 : Première publication des Cahiers d’Esther (Allary Éditions)

Extrait des Cahiers d’Esther

En 2016, le premier tome des Cahiers d’Esther : Histoires de mes dix ans, est publié chez Allary Éditions. Néanmoins, il faut repartir en 2014 pour mieux comprendre ce nouveau projet. Cette année là, Riad Sattouf pousse la porte du magazine d’actualité L’Obs. De cette nouvelle collaboration naissent Les Cahiers d’Esther, une petite chronique publiée chaque semaine dans les pages du magazine. Aussi, c’est lors d’un dîner entre amis que le personnage d’Esther se dessine sous les traits d’une petite fille (celle du couple d’amis en question) qui, très volubile, ne manque pas de s’épancher auprès de Sattouf sur son quotidien. L’école, les copines, les parents, sa perception de la société… Tous les ingrédients sont là pour donner vie au personnage d’Esther en bande dessinée. Les Cahiers d’Esther nous embarquent ainsi dans l’univers et le quotidien d’une petite fille de 10 ans qui témoigne de son époque, un peu à la manière du Petit Nicolas de Goscinny et Sempé il y a près de 60 ans, qui connut également ses débuts dans la presse. Aujourd’hui, la petite Esther a 15 ans et a déjà fait l’objet de 6 albums. Le dernier, Histoires de mes quinze ans, vient tout juste de sortir chez la même maison d’édition. En 2018, une série animée a même été créée par Riad Sattouf et Mathias Varin et diffusée sur Canal +. Toujours en 2018, Les Cahiers d’Esther recevront le Prix Max et Moritz de la meilleure bande dessinée internationale.

10. 2020 : Reporters Sans Frontières 

Riad Sattouf, 100 dessins pour la liberté de la presse. RSF


Le dessin est un des piliers de la presse. Aussi, depuis 30 ans, Reporters Sans Frontières édite des albums de photographie et de dessin pour financer ses actions. En 2013, l’ONG collabore avec près d’une cinquantaine d’auteurs internationaux et publie 100 dessins de Cartooning for Peace pour la liberté de la presse. En 2019, c’est à l’illustrateur du Petit Nicolas, Sempé, que l’ONG rend hommage. En 2020, c’est Riad Sattouf que RSF célèbre dans son ouvrage Riad Sattouf, 100 dessins pour la liberté de la presse. Croquis, dessins originaux, œuvres non publiées, anecdotes… Riad Sattouf nous livre ici son parcours « sans frontières », de ses dessins de jeunesse jusqu’à la publication de son œuvre phare L’Arabe du Futur.

Pour aller plus loin et retrouver les articles de Nelly Mitja sur l’univers de la BD :

A compléter avec les articles précédemment publiés en lien avec la BD

Auteur : Nelly Mitja

spot_img