vendredi, décembre 2, 2022

David Mercier DGS : un métier où il faut faire preuve de polyvalence

Référencement Naturel

Agence SEO : Consultant spécialisé dans le référencement naturel - Prestation Link building - Nettoyage e-réputation d'entreprise

Articles Similaires

Comment réaliser vos présentations de façon professionnelle ?

Lorsqu'il s'agit de faire des présentations de manière professionnelle,...

Les jeux en ligne pour gagner de l’argent de plus en plus populaires en France

À l’instar de plusieurs domaines, le secteur du divertissement...

Comment changer de fournisseur d’énergie ?

Les contrats de fourniture d’énergie sont désormais sans engagement. De...

Tour d’horizon sur les outils permettant de gérer les réseaux sociaux

Toute stratégie de marketing innovante doit se baser sur...

Partager l'article

Vous cherchez un métier qui allie qualités humaines et expérience professionnelle ?

Le poste de Directeur Général des Services pourrait peut-être vous convenir. Pourtant, au vu de la difficulté au quotidien, mieux vaut lire ce qui suit pour en être certain.

David Mercier vous explique le métier d’un DGS, ça sert à quoi ?

Le Directeur Général des Services travaille sous la direction d’un élu, dans une grande commune ou dans une autre collectivité territoriale, à l’instar d’un Département ou encore de la Région.

Même s’il n’a pas de réel pouvoir décisionnel ; rôle qui revient à l’élu, il se veut force de proposition pour mettre en place les actions et les projets qui ont fait l’objet de la candidature de ce dernier. Cette matérialisation a pour but d’aider la population dont il a, indirectement, la charge.

La mise en place des projets suppose de devoir les budgéter, de convaincre les entités financières du bien-fondé de ces calculs, tout en tentant de réaliser des économies alors que le budget des collectivités est décidé au niveau étatique, en fonction notamment du nombre d’habitants.

En suivant cette logique, il est normal de comprendre que plus un territoire est grand, plus les projets peuvent être importants et supposer des budgets qui le sont également.

Le DGS organise et supervise le travail dans les différents services ; ce qui sous-tend un travail de management parfois conséquent, puisque les agents communaux ou territoriaux peuvent se compter par dizaines, voire plus.

david mercier dgs eure nomination
david mercier dgs eure nomination

C’est à lui que l’on remonte les problèmes rencontrés ; problèmes qu’il doit tenter de résoudre. Le DGS doit donc faire preuve d’une extrême polyvalence comme pourrait en témoigner David Mercier qui a œuvré dans l’Eure, mais aussi en Ille et Vilaine pendant de nombreuses années.

Il ne faut certes pas avoir peur d’enchainer les heures, de cumuler plusieurs tâches en même temps, sans se départir de son dynamisme et de son enthousiasme, à l’idée de travailler, chaque jour, pour l’ensemble de la population d’un territoire.

Pour accéder à cette fonction, le Directeur Général des Services peut faire l’objet d’une nomination, après avoir travaillé pendant plusieurs années à des postes à responsabilité, mais il est également possible de le devenir, suite à la réussite d’un concours, après néanmoins une formation à minima équivalente à un Bac+3, voire un niveau Master.

C’est donc un poste qui convient à des personnes mâtures, afin de ne pas se laisser submerger par la difficulté de la tâche.

Cette très grande polyvalence ; quelquefois un peu subie ; revient au fait que le poste de DGS ne bénéficie pas d’un cadre posé ; ce que regrette amèrement l’AMF et ce contre quoi elle lutte, pour une meilleure reconnaissance de ce poste, mais aussi une fiche de poste plus claire et précise.

David Mercier vous explique pourquoi le métier de DGS est difficile ?

Si travailler pour des milliers d’individus peut être galvanisant ; ce dont pourrait témoigner le DGS David Mercier, il faut pourtant composer au quotidien, avec de multiples difficultés.

Des actions menées par le DGS découlent la réputation de l’élu et l’image qu’ont de lui les électeurs. Ce sont bien sûr eux qui seront seuls décisionnaires de sa réélection. On comprend donc le premier poids qui pèse sur les épaules de ce professionnel.

Il a également un rôle de meneur d’hommes car en tant que chef et responsable, il doit veiller au confort de travail des agents qui travaillent sous ses ordres.

Or, alors que ceux-ci travaillent pour la population, des personnes peuvent se montrer indélicates, voire réellement menaçantes quand elles n’obtiennent pas gain de cause ou ne se sentent pas comprises.

Ce type d’incivilités est devenu monnaie courante à tel point que l’on voit fleurir, un peu partout dans les espaces publics, des pancartes demandant aux usagers de rester courtois.

Quand les agents sont ainsi attaqués, mais aussi que des difficultés apparaissent au sein des différents services, le DGS doit renforcer la cohésion d’équipe et montrer qu’il est là.

Pourtant, toutes ses actions peuvent sembler vaines car le DGS travaille le plus souvent dans l’ombre de l’élu et il n’est que rarement remercié pour le travail accompli. Cela n’a pas été le cas pour David Mercier pour lequel un dossier a été déposé afin qu’il reçoive le titre de chevalier de l’Ordre National du Mérite.

Avec la légion d’honneur, c’est le seul titre honorifique que l’on peut décerner à un civil. Pour le mériter, il faut acter d’une bonne dizaine d’années d’expérience sur le terrain, mais aussi faire un travail tellement remarquable ; au sens premier du terme ; que des personnes tierces aient envie de le mettre en avant.

Sortant, par là même, tous les DGS de France de l’ombre, David Mercier, après aval d’un ministre a donc reçu cette distinction devant ses collègues, en 2018. La récompense était accompagnée de plusieurs compliments qui mettaient en avant son travail acharné, mais aussi le fait qu’il reste de bonne composition malgré la pression et la tension constante.

Il va sans dire que pour David Mercier, ce moment est à marquer d’une pierre blanche. Pourtant, l’homme ne souhaite certainement pas arrêter ses efforts. Sa plus belle récompense, c’est quand un projet voit le jour, pour la plus grande joie des habitants du territoire dont il a la charge : des structures sportives pour les jeunes ou pour le maintien de l’activité physique pour les seniors, des routes en meilleur état, des bâtiments réhabilités ou qui sortent de terre.

 Chaque jour, il continue de bâtir un édifice, pierre après pierre pour que les habitants soient heureux de vivre dans leur commune, dans leur département et dans leur Région. Plus qu’un métier, il en a fait un sacerdoce. Et c’est sans doute ce qui a fini par payer. Mais combien de DGS, voire d’élus ont la même ambition et la même humilité ? La question mérite d’être posée.

En savoir plus sur David Mercier

error: Content is protected !!